Vous êtes ici : Langue FRLa faculté

  • Pédagogie,

Prix Jacqueline Ferrand : François Vigneron reçoit une mention spéciale pour ses travaux d'innovation pédagogique

Publié le 7 juin 2018

Dans le cadre du prix Ferrand qui récompense une opération de pédagogie innovante dans le domaine des mathématiques, François Vigneron, enseignant-chercheur à la faculté des sciences et technologie, s'est distingué pour son projet intitulé "Création du parcours Apprendre Autrement en Licence de Sciences pour l’Ingénieur : le point de vue d’un mathématicien".

Lors de la proclamation des résultats du Prix Jacqueline Ferrand, décerné par la Société Mathématique de France, le jury a tenu à attribuer une mention spéciale au travail pédagogique de François Vigneron, maître de conférences et membre du LAMA (Laboratoire d'Analyse et de Mathématiques Appliquées), dont l'approche innovante du premier cycle universitaire a été jugée remarquable.

Méthodes innovantes du projet
Pour pallier l'échec des étudiant.e.s inscrit.e.s chaque année à la licence généraliste MISIPC (Mathématiques / Sciences de l'Ingénieur / Physique / Chimie) de la faculté des sciences et technologie qui n'arrivent pas à valider le 1er semestre de la licence 1re année (L1), François Vigneron, accompagné d'enseignants en physique et informatique, dont la collaboration a été indispensable pour mener à bien le projet, a créé un nouveau parcours baptisé "Apprendre Autrement". La pédagogie de ce parcours mis en place en première et deuxième année de licence a été spécifiquement étudiée pour adoucir la transition enseignement secondaire/enseignement supérieur, renforcer les pré-requis nécessaires à la poursuite des études, réparer le manque chronique de pratique et de méthode dans le travail personnel et préparer l’insertion des étudiant.e.s dans une année de licence 3e année (L3) standard de Sciences pour l’Ingénieur (SPI) ainsi que dans des formations professionnalisantes.

Des techniques d’enseignement et d’évaluation dont les principes sont les suivants ont été mises en place :
- donner du recul aux étudiant.e.s avec des TP non seulement en physique et informatique mais aussi en mathématiques, et en introduisant systématiquement les concepts à partir de problèmes directeurs qui servent de fil conducteur allant du cours jusqu’aux applications,
- développer un cours "connecté" où des applets interactives permettent de vivifier les abstractions, en particulier en mathématiques. En physique, la perspective a été de commencer par comprendre les principes (par exemple, le bilan énergétique) plutôt que de partir des équations valables à l’échelle microscopique,
- oser adopter une démarche de "computational thinking" (pensée computationnelle) pour former les étudiants à la logique et à l’abstraction à partir de la pratique de l’algorithmique et de la programmation,
- synchroniser les enseignements de mathématiques et de physique (unification de l’enseignement scientifique, que ce soit au niveau chronologique, de la problématique, des notations, des concepts, etc.),
- mieux encore que la synchronisation, proposer des unités d'enseignement (UE) réellement multidisciplinaires conçues autour de projets d’étudiant.e.s,
- développer ou renforcer et valoriser le travail personnel des étudiant.e.s en exigeant des entraînements réguliers, par exemple en utilisant des outils d’entraînement en ligne comme la plateforme WIMS,
- savoir faire la part des choses entre l’évaluation qui valide une compétence clairement définie et l’évaluation utilisée comme un temps de travail en autonomie,
- l’évaluation des compétences s’est faite en respectant le contrat de confiance, c’est-à-dire sans surprise : l’enseignant accompagne les étudiant.e;s dans leurs révisions en publiant des documents de cadrage et d’entraînement qu’ils.elles s’engagent à respecter lors de l’évaluation finale,
- définir les savoirs et savoir-faire en acceptant de faire un compromis entre l’objectif idéal d’une formation complète et les contingences pratiques comme le nombre d’heures disponibles, les contraintes d’accès aux salles informatiques, le niveau réel des étudiant.e.s présent.e.s.

Bilan du dispositif : ça marche !

Inscrit pour la première fois dans l’offre de formation en 2015, le parcours "Apprendre Autrement" est aujourd’hui couronné de succès avec un taux d'insertion réussie en L3 SPI (3e année de licence Sciences pour l'ingénieur) de 88%.