Vous êtes ici : Langue FRRecherche

  • Recherche,

Inauguration d'un imageur hybride TEP/IRM au GHU Henri Mondor

Publié le 6 octobre 2017 Mis à jour le 8 décembre 2017
Date(s)

le 20 octobre 2017

Un projet porté par 2 médecins imageurs, anciens étudiants du Master 2 Signaux et Images en Médecine de la faculté des sciences et technologie.

Inauguré le 27 septembre par Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP (assistance publique - hôpitaux de Paris), cet appareil est le 4e qui existe en  France.
Les deux porteurs du projet sont les Pr Emmanuel Itti et Alain Luciani, professeurs des universités - praticiens hospitaliers (PU-PH) au GHU Henri Mondor, faculté de médecine de l'UPEC. Tous deux ont suivi le Master Traitement  du Signal et des Images parcours Signaux et Images en Médecine (SIM) de la faculté des sciences et technologie en 1997 et 1999.
Le premier est chef du service de Médecine nucléaire, responsable d'une UE du Master Biologie-Santé (faculté de médecine) et d’une UE du Master 2 SIM (faculté de sciences et technologie). Le second est co-responsable du Master 2 SIM, responsable de l'unité fonctionnelle des cancers digestifs du service d'Imagerie médicale et responsable du comité recherche de la Société française de radiologie. L'un et l'autre organisent des séminaires d'imagerie oncologique pour les étudiants ingénieurs du Master 2 SIM.

Effectuer un master 2 scientifique est un passage obligé pour les  jeunes médecins (internes  et chefs de cliniques assistants) en imagerie médicale qui souhaitent embrasser une carrière hospitalo-universitaire et obtenir un DHDR (habilitation à diriger des recherches). Nombre d’étudiants du Master 2 SIM sont aujourd’hui chef de service dans les CHU de France ou responsables de plateaux d’imagerie en médecine libérale. 

Le Master 2 SIM est l’un des plus renommé (voire le plus renommé) et attire des internes/CCA (chef de clinique des universités - assistant des hôpitaux) de toute la France en particulier en raison de sa pluridisciplinarité (sciences de l’ingénieur et imagerie médicale).

La faculté des sciences et technologie et l’UPEC peuvent s’enorgueillir de porter cette formation qui jouit d’un tel rayonnement, et de la collaboration avec la faculté de médecine qui a soutenu fortement ce projet auprès des tutelles. D’ores et déjà, une étudiante en postdoctorat - ancienne étudiante du M2 SIM - et une étudiante de M2 SIM promotion 2017 vont participer aux développements en recherche clinique sur cette machine. Ces éléments permettent d’apprécier la construction méthodique de collaborations dans le domaine des sciences de l’ingénieur, en collaboration avec les parcours sciences de la vie et de la santé, construction bâtie sur l’enseignement et aboutissant à des publications et promotions en recherche. 


© Eric Petit 

© Emmanuel Itti