Vous êtes ici : Langue FRRecherche

  • Recherche,

Une doctorante de l’UPEC lauréate du prix Jeunes Talents France L’Oréal - UNESCO "Pour les Femmes et la Science 2019"

Publié le 15 octobre 2019

Madge Martin, doctorante à l‘UPEC, fait partie des 35 jeunes chercheuses françaises lauréates du programme "Pour les Femmes et la Science 2019" de la Fondation L’Oréal-UNESCO.

Madge Martin - © Fondation l'Oréal - Jean-Charles Castelot
Madge Martin - © Fondation l'Oréal - Jean-Charles Castelot
Date(s)

le 8 octobre 2019

Madge Martin, doctorante à l’UPEC et membre du laboratoire MSME, a été récompensée pour ses travaux de recherche qui ont pour sujet la scoliose idiopathique de l'adolescent, une déformation invalidante de la colonne vertébrale. À l’intersection entre la mécanique, les mathématiques et la biologie, le projet de recherche de Madge Martin porte sur la capacité de l’os à répondre aux sollicitations mécaniques et aux demandes biochimiques de l’organisme, et à adapter à sa microstructure.

Via son travail doctoral, Madge Martin collabore avec des chirurgiens orthopédistes du Queensland Children’s Hospital (Australie) qui lui fournissent des biopsies osseuses afin qu’elle les évalue en imagerie et en histologie (étude des tissus biologiques) pour caractériser leur structure et estimer leur qualité. À cette étude clinique, Madge Martin propose d’associer une approche de type modélisation et simulation, pour développer des modèles prédictifs du comportement des os et de la colonne vertébrale.

Ces avancées rendront possible à long terme l’élaboration d’un traitement mieux adapté, et permettront également de privilégier le traitement médical à une chirurgie lourde. Les résultats de ses travaux de recherche pourront être appliqués à d’autres maladies osseuses comme l’ostéoporose ou encore le remodelage autour des implants orthopédiques.

Diplômée de l’Ecole des Ponts ParisTech, Madge Martin se spécialise en biomécanique dès son cursus d’ingénieure. Elle complète sa formation avec un master en Sciences des Matériaux orienté biotechnologies qu'elle suit à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Souhaitant poursuivre ses recherches sur l’évolution des propriétés d’un tissu biologique, en particulier l’os, la jeune diplômée décide alors d’entamer un doctorat sous la direction de Vittorio Sansalone, professeur à l’Université Paris-Est Créteil et membre du laboratoire de Modélisation et Simulation Multi Echelle (MSME). Ses recherches se font également en collaboration avec son co-directeur de thèse, le professeur Peter Pivonka, directeur du Biomechanics and Spine Research Group à Brisbane. C'est avec ce dernier qu'elle initie son projet de recherche portant sur le traitement de la scoliose idiopathique de l'adolescent. Ce projet, fruit de la collaboration de chirurgiens et chercheurs en France et en Australie, lui permet d'obtenir le prix "Pour les Femmes et la Science" de la Fondation L'Oréal-UNESCO.

Le prix "Pour les Femmes et la Science" de la Fondation L'Oréal-UNESCO

Créé en 2007, ce programme a pour objet de révéler et récompenser de jeunes chercheuses talentueuses. Les lauréates se voient décerner une bourse de recherche et bénéficient également d’un programme de formation complémentaire à leur parcours scientifique, afin d’avoir les moyens de briser le plafond de verre. En soutenant la place des femmes dans la recherche, et en mettant en avant les portraits de ces chercheuses, ce programme a aussi pour objectif d’inciter plus de jeunes filles à se tourner vers les sciences.