• Vie de l'établissement,

Avis de décès : Cathy Madani

Publié le 17 septembre 2020

C'est avec une très grande tristesse que nous avons appris le décès de Cathy Madani, secrétaire pédagogique du Master MMRI (localisé à Sénart sur le campus de l’IUT), survenu samedi 12 septembre, des suites d'une longue maladie.

Avis de décés
Avis de décés
Date(s)

le 17 septembre 2020

Photo Cathy Madani Cathy Madani travaillait à la faculté des sciences et technologie de l’UPEC, sur le site de Sénart, depuis près de 20 années.

Titulaire d’une licence en arts plastiques, elle avait choisi de s’investir dans un secrétariat pédagogique avec pour objectif d’en faire un espace central pour la formation concernée.

Elle a été donc recrutée afin de travailler au sein du nouvel IUP Génie des systèmes industriels. Son précieux concours a permis à une équipe pédagogique réduite de créer des sections en apprentissage, un DESS Ingénierie de la Sûreté de Fonctionnement puis le parcours Maintenance et Maîtrise des Risques Industriels du master Sciences de l’Ingénieur, devenu depuis Master Génie Industriel. Elle gérait aussi les adultes en formation continue ou en VAE.

Travailleuse infatigable et précise, toujours de bonne humeur, elle appliquait au fonctionnement de son secrétariat les principes de normalisation et de qualité enseignés à nos étudiants. Ses capacités de communication permettaient de nouer des contacts précieux avec les entreprises débouchant sur de nombreuses offres d’emplois, de stages ou de contrats d’apprentissage. Elle savait aussi jouer le rôle de médiatrice lorsque des conflits survenaient.

Dotée d’une grande idée du service public universitaire, elle mettait tout en œuvre pour que la quotidienneté des étudiants et collègues s’y inscrive. Sa bonne humeur et son empathie en faisaient une collègue attachante, capable de livrer une anecdote sur chacun des 800 étudiants diplômés passés par son bureau pour une demande insignifiante ou un problème épineux.

L’université a perdu une collaboratrice très compétente, efficace, pleine d’humanité.

A Kurosh, son mari et à Marine, leur fille, la communauté universitaire adresse toutes ses condoléances.